Médiathèque de Vorey
Vendredi 4 juillet



2ème apéro littéraire 2014

Lecture musicale
Voix : Monique Lucchini
Clavier : Marie-Pierre Forrat
Prévue initialement en bord de Loire, la lecture musicale de Monique Lucchini et Marie-Pierre Forrat des éditions Musimot, s'est tenue dans la médiathèque, à l'abri des gros orages qui avaient éclaté en cet après-midi, avec une douzaine de personnes, qui avaient privilégié ce spectacle à d'autres événements sportifs, et ils n'ont eu qu'à s'en féliciter !
Avec Monique et Marie-Pierre, plus qu'une lecture musicale, c'est une lecture à deux voix, où le texte de Monique dialogue avec la musique de Marie-Pierre, deux langages en quelque sorte.
Monique nous a lu une nouvelle poétique :
Je vois,
sur le thème du désir, du plaisir amoureux,
de la liberté d'aimer, ...
jusqu'à la liberté d'abandonner
l'être qu'on vient d'aimer,
le laissant à son désespoir.

Un texte qu'elle avait chevillé au corps,
qu'elle mit trois ans à écrire, nous avoua-t-elle.
« Dans l’obscurité de la chambre
le silence occupe l’espace.
Il n’y a plus que la présence des corps nus
que la nuit enveloppe.
Lui, ne dort pas, il regarde…
il regarde le corps de la femme,
le corps possédé.
Il le regarde dans une attention particulière.
Ses yeux scrutent le moindre détail
qui aurait pu lui échapper.
Il écoute son souffle léger.
Déjà, il est dans la certitude des conquérants.
Il ne sait rien d’elle, si ce n’est la couleur de sa peau,
le reflet de ses yeux, le son de sa voix.
Il ne sait rien, et pourtant, il l’aime déjà.
Il l’aime d’un amour exclusif.
Il l’aimait avant même de la connaître.
Il l’aimait dans cet idéal absolu,
éternel qu’il avait d’elle. »
Marie-Pierre a composé les musiques
en s'imprégnant de l'histoire, du texte,
et les a proposées à Monique.
La musique n'est pas une simple illustration,
mais une autre voix de cette lecture
dans son langage propre.
Du reste Marie-Pierre ne se contente pas
de les interpréter sous leur forme originelle,
il y a une large part d'improvisation.
« Chaque fois que je l'entends cette nouvelle,
je redécouvre d'autres choses,
d'autres mots, d'autres athmosphères,
que je n'avais pas trouvés auparavant.
C'est ce qui nourrit mes improvisations. »
Il y a aussi une autre voix,
présente tout au long du récit,
qui sourd et gronde à la fin :
c'est la mer

Quelques unes des productions des Editions Musimot.

Notons la diversité des présentations.
Monique Lucchini l'explique :

« Tout doit être en harmonie
avec le texte :
le format du livre, pour que
le texte ne soit pas "haché"
par les césures de ligne,
la typographie,
le papier, la reliure, ...
jusqu'aux illustrations qui ont
leur propre vocation artistique
et non simplement enjoliver. »