C'est dans le décor champêtre des hauts de Vorey
que quelque soixante spectateurs sont venus
assister à la lecture musicale
Édith PIAF
Marcel CERDAN
MOI pour TOI
organisée par la médiathèque de Vorey
et l'association A'Capella Musique
La passion aussi folle que courte qui unit la chanteuse et le champion du monde de boxe a laissé une trace indélébile dans l'inconscient des français, comme en témoignent les nombreux livres et films qui y furent consacrés.
Iris Rousset retraça ces 20 mois d'un amour dévorant, exclusif, dont témoigne leur correspondance, entre mars 1948 et la disparition de Marcel dans l'accident de son avion en octobre 1949.
Lettre d'Édith à Marcel
Paris le 27 mai 1949
Mon Seigneur que je t'aime
... Cette nuit, je ne pouvais dormir tant tu étais présent dans ma mémoire, c’était si fort comme impression que j’avais la nette sensation que je n’avais qu’à étendre ma main pour te sentir là tout près. Mon amour, tu ne pourras jamais imaginer avec qu’elle force je t’aime. Dieu que je t’aime, mon adoré ! Je voudrai me mettre à tes genoux et passer mon temps à t’admirer, à te servir, à t’aimer, à n’être qu’à toi et n’avoir que toi devant les yeux, ne toucher que toi, ne vivre que par toi que j’aime, toi mon amour. Moi.
Édith Piaf
Céline Chambon, alias Édith,
toute de noir vétue


Pascal Montagnon lut les lettres enflammées de Marcel

Christine Rivet ponctua les lectures
avec les plus belles chansons de Piaf :
La vie en rose, Mon Dieu,
Mon manège à moi,
Je t'ai dans la peau,
... et bien évidemment
l'hymne à l'amour.
Le sort fut cruel pour les amants. C'est à la demande d'Édith, pressée de le revoir,que Marcel prit l'avion au lieu du bateau.
A son immense chagrin, s'ajouta un sentiment de culpabilité.
Le soir où elle apprit l'accident et la mort de Marcel, Édith devait donner un concert à New-York, elle honora son engagement, chantant pour Marcel l'hymne à l'amour avant de perdre connaissance !
Si un jour la vie t´arrache à moi
Si tu meurs que tu sois loin de moi
Peu m´importe si tu m´aimes
Car moi je mourrai aussi
Nous aurons pour nous l´éternité
Dans le bleu de toute l´immensité
Dans le ciel plus de problèmes
Dieu réunit ceux qui s´aiment
Les spectateurs éblouis, tant par le spectacle, ... que par le soleil, savourèrent l'apéro promis !