Chocolats littéraires 2016
Mercredi 20 janvier
Etre agricultrice aujourd'hui
Il aurait presque fallu pousser les murs de la m"diathèque pour que tout le monde puisse entrer ce mercredi après-midi.
Céline, se souvenant de ses jeunes années auprès de sa maman elle-même agricultrice avait invité Lucie Cournier et Aurélie Gibert venues parler de leur métier et de leur condition de femme-paysane, inaugurant cette demi-saison culturelle dans les bibliothèques de l'Emblavez consacrée au travail des femmes.
Deux exploitations de St Pierre bien différentes :
Aurélie a un troupeau de 80 vaches à la tête du GAEC avec son mari. Les difficultés sont celles que connaissent aujourd'hui tous les producteurs de lait avec des cours constamment à la baisse, tributaires qu'ils sont des compagnies laitières et fromagères qui leur imposent prix et quantités.
Pour elle, les journées commencent vers les 6h, avec la première traite. Traites, alimentations, mises bas, soins etc, les tâches sont partagées avec son époux. Fort heureusement il leur reste un peu de temps qu'ils consacrent à leurs enfants.
Lucie débute plus modestement. Elle a réussi à avoir à peu près 5 000 m2 pour se lancer dans le maréchage, totalement bio. Pour l'instant elle vend des "paniers:" avec ses diverses productions et fait rarement des marchés. Ses horaires sont moins stricts que ceux d'Aurélie et son compagnon a un emploi salarié. Elle bénéficie aussi de l'aide des autres agriculteurs du plateau qui l'ont bien accueillie, solidarité paysanne.
La vie n'est certes pas facile mais toutes deux disent le plaisir que leur procure leur métier, ce sentiment de liberté, cette vie menée à leur rythme sans la pression de patrons.
Pour Aurélie c'est aussi le temps passé avec ses enfants, ce que ceux-ci apprécient, ... et maintenant qu'ils ont un ouvrier, la possibilité de prendre des vacances.
Les échanges ont continué en savourant brioches, madeleines, confiture de myrtille, accompagnées de cidre et jus de fruit.