Du 7 mai au 10 juin
Médiathèques de
Saint-Vincent et Vorey

Le Nord Profond

exposition de photographies
de François Monnet
et de poèmes de Olav H. Hauge,

"éclatée" dans les 2 médiathèques,
puis visible dans son ensemble à
la Grange des Vachers à Blanhac
vendredi 11 et samedi 12 juin
.

« Les meilleurs de mes poèmes ont été faits dans une froide tranquilité, dans
les bois, avec une chique de tabac dans la bouche et une hache à la main »
Olav H. Hauge

François Monnet nous offre à voir en grand format ce que le beau livre Nord Profond (Editions Bleu autour, 2008) avait révélé au public : la poésie épurée et magnétique d'un grand poète du Nord inconnu en France auparavant.
Accompagné de musique norvégienne à la flûte de saule (selje floyte), François Monnet lira les poèmes de Olav H. Hauge, en norvégien et en français :

vendredi 7 mai à 20h30
à la médiathèque de Saint-Vincent
,

mercredi 9 juin à 20h30
à la médiathèque de Vorey,

vendredi 11 juin à 20h à la
Grange Culturelle des Vachers à Blanhac,
autour d'un repas typiquement norvégien.

Vendredi 7 mai
Médiathèque de Saint-Vincent

Le Nord Profond

Lecture de poèmes
de Olav H. Hauge,

dits en norvégien et en français par
François Monnet
photographe et traducteur

En ce début de soirée, nous n'avons pas allumé l'éclairage, laissant progressivement s'installer la pénombre, puis la nuit, comme on le fait à cette époque dans le grand nord, où les jours se font de plus en plus longs. François Monet nous a parlé de cette Norvège où il a vécu plus de dix ans, ce pays qu'il aime tant, qu'il nous a fait connaître et aimer, au point qu'on a tous désormais envie d'y goûter quelques jours de repos et de détente. Il nous a surtout parlé de Olav H. Hauge, ce grand poète norvégien. Il nous l'a fait écouter, puis a joué quelques notes sur sa flûte de saule.
Et on alluma, ... on se restaura ...
puis François entreprit alors ses lectures

... et chacun redevint attentif !


... et le mercredi 9 juin,

c'était au tour de la
Médiathèque de Vorey
d'accueillir

François Monnet

pour une nouvelle soirée
lecture de poèmes
de Olav H. Hauge.

Accueil

Ecoute et discussions

... avant de se retrouver autour du buffet scandinave fleuri, préparé par Christina.



Vendredi 11 juin à 20h, à la Grange Culturelle des Vachers à Blanhac

Repas norvégien et
lecture de poèmes inédits de Olav H. Hauge

Ce vendredi soir, on avait réinstallé l'ensemble de l'exposition de François Monnet à la Grange des Vachers à Blanhac.

François, Christian, Roger et plusieurs autres se sont mis au "piano", pour préparer le plat national norvégien, le farikal (agneau aux choux et à la confiture d'airelles rouges) :

 

Dans une ambiance intimiste, avec bougies sur toutes les tables, les quelque 60 convives ont partagé un repas entièrement scandinave : avant le farikal,
  • harengs aux oignons et betteraves rouges,
  • oeufs brouillés,
  • pain noir frotté à la graisse d'oie.

le tout arrosé de lait caillé, de sirop de groseille, de bière, ... et d'un peu de vin français.

le pain avait été fabriqué par les bénévoles, pain norvégien en forme de fines galettes et pain suédois avec des pommes de terre.

 

Puis François Monnet reprit sa flûte de saule
avant de lire en avant-première des extraits
d'un "état de traduction" de plusieurs poèmes
inédits d'une future deuxième anthologie
française du poète Olav H. Hauge
(publication prévue au printemps 2011).

 

 

Photos de Claude Essertel

Portraits
François Monnet, natif du Massif Central, poète, homme de théâtre, photographe, peintre et traducteur de Olav H. Hauge (alias Robert Bly) a lui-même vécu 10 ans en Norvège, où il fut pendant une bonne moitié de ce temps, paysan au bord d'un fjord, dans la petite ferme de Delvika (la baie des phoques). Passionné par la culture scandinave, il nous fera partager son amour du Nord qui est sa seconde patrie.

Retrouvez François Monnet sur son site :
http://francoismonnet.free.fr

Merci à François Monnet de nous avoir autorisés à reproduire ici ses photos.

Olav H. Hauge (1908-1994), est le plus grand poète norvégien de la seconde moitié du XXème siècle. Son oeuvre a été traduite dans une cinquantaine de langues. Dans sa ferme perchée au dessus du fjord de Hardanger, il gagnait son pain en cultivant des pommiers, mais sa véritable raison de vivre était la poésie.

Entièrement autodidacte, Olav H. Hauge apprend seul le français, l'anglais et l'allemend. Outre ses propres recueils de poésie (Braise dans la cendre, 1946 ; Sous la falaise, 1951 ; Lentement rougissent les bois dans la gorge, 1956 ; Sur la touffe d'herbe de l'aigle, 1962 ; Gouttes dans le vent d'est, 1966 ; Demande au vent, 1971 ; Brin d'herbes, 1980), il sera le traducteur de poètes comme René Char, Henri Michaux, Arthur Rimbaud, Berthold Brecht, Stephen Crane, Paul Celan.

Dès l'âge de 15 ans, et pendant toute sa vie, il rédige un journal de 4 500 pages, qui ne sera publié qu'après sa mort, et qui est un véritable voyage au coeur de la littérature mondiale : il y relate et commente, jour après jour, ses lectures, entrecoupées des travaux de la ferme, des passages des bateaux, des vents et de la neige...