Sophie et Michel

Lyonnet

 
Michel LYONNET est né à Unieux en 1946. Etudes au lycée technique de Firminy. Service militaire en Allemagne. Activité professionnelle : électricien CAFL Saint-Chamond et Marrel Rive-de-Gier. Sortie du premier livre en 2003. Retraite en 2005. Les études de notre écosystème et des rapports humains sont "sa tasse de thé".
 
 
Sa fille, Sophie LYONNET est née en 1980 à Saint-Chamond. Etudes littéraires au lycée Claude Lebois. Etudes d’espagnol à l’université Jean Monnet de Saint-Etienne. Mémoire de maîtrise sur les communautés indigènes andines. CAPES en 2003. Traduction d’une trilogie en espagnol.
 
 
Ed. CLC - 2011
Dans cet ouvrage, je citerai Philipp Schäfer, Georges Bernanos, Paul Allard, William L. Shirer... Ces auteurs, journalistes ou historiens de profession m’auront aidé à construire... un essai. Je ne me propose pas de traiter du déroulement de notre dernière Guerre Mondiale, mais d’essayer de comprendre les personnalités des plénipotentiaires qui ont participé à ses négociations. En effet, il existe encore aujourd’hui un danger qui nous a été révélé à Nuremberg : «Avec l’éducation que nous avons reçue, l’idée ne nous serait jamais venue de refuser d’exécuter un ordre». Pour comprendre ces négociations, nous ne pouvons pas exclure l’influence des éducations des participants. Et à ce sujet, Christian Bernadac, Daniel Cordier, Lucie et Raymond Aubrac seraient d’accord avec Michel Slitinsky pour affirmer : « Faire vivre la mémoire permet de lutter contre l’intolérance et éviter le retour de nouveaux dangers ». L’expression «devoir de mémoire» que nous arrivons à entendre devrait nous interpeller. J.J. Rousseau nous propose de comprendre les hommes.
 
 
Aujourd’hui, nous pouvons redouter une nouvelle émergence des scénarios des années 1936-1939. Il me semble que face à certains événements, l’indifférence est une faveur qu’il est impossible d’accorder à ceux qui pensent pouvoir se le permettre. Quant au premier message à transmettre, il serait celui concernant certaines éducations, qui risquent d’être proposées aux jeunes générations. Alors ! Pourquoi "Hitler et Le silence de Beck" ? Parce qu’il ne faut plus mourir pour Dantzig.
 
 
De Borée - 2010
Nous, locataires de la planète Terre, industrialisés et informatisés, assistés depuis deux bons siècles par trois bonnes énergies fossiles et depuis un demi-siècle par une meilleure énergie nucléaire, sommes-nous conscients, aujourd'hui, de nos erreurs et de nos excès ? Cessons de détruire pour construire et préserver à notre planète, son oxygène. En pleine polémique sur la taxe carbone, un livre à lire absolument ! La production de gaz à effet de serre augmente de jour en jour et nous commençons juste à nous inquiéter de ses répercussions sur notre environnement. Parallèlement, le problème de l'oxygène reste dans l'ombre alors qu'il doit être considéré comme primordial. Sans oxygène, pas de vie possible. S'il venait à manquer, quelle vie pour nous et nos enfants ? Plus nous produisons des gaz nocifs, plus nous nous privons d'un oxygène indispensable. Notre folie destructrice nous conduit vers une inévitable diminution de ce gaz vital avec pour conséquence une modification irréversible de notre mode de vie.
 
 
Ed. CLC - 2011
  Essai et roman  
Le but de cet essai est de définir sous toutes leurs formes le racisme et le sectarisme. Non pas le racisme physique rencontré lors de conflits d'extermination mais le racisme relationnel. Ce racisme omniprésent autour de nous et que l'on se surprend à entendre dans de nombreuses conversations, bien souvent mal étayées, ce racisme insidieux basé sur la pseudo supériorité d'une race par rapport à une autre. Quant au sectarisme, autre forme de racisme, il puise sa raison d'être dans la non reconnaissance de l'autre et de ses idées, dans le non-respect de ce qui nous échappe, que ce soit physique, intellectuel ou relationnel. L'être humain se trouve enchaîné à des archétypes et perd ainsi toute liberté d'esprit et respect de la différence.
La seconde partie de cet ouvrage, “Un violon pour Yamina” met en image ce “Regard de l'autre”. François est prof de maths dans un lycée de province. Yamina est la meilleure élève de ses terminales. Mais elle porte une écharpe et le port de celle-ci est reconnu illégal dans l’établissement. L’élève doit choisir entre la poser ou quitter le lycée. C’est alors un engrenage sans fin qui se met en place entre administrateurs, professeurs et élèves sur cet éternel débat. Face à cette panique générale, Yamina qui avait, elle aussi, choisi d’enseigner les maths, ne supporte plus ce désordre. L’élève trop faible et trop sensible se sent responsable, elle choisit d’abandonner, après avoir laissé l'écharpe dans la boîte à lettres du proviseur. Son départ rapproche deux mondes différents, mais résoudra-t-il un certain “mal de vivre” ?
   
 
Ed. Le Lutin Malin 2008
Album photos pour enfants  
Marmotton a creusé son terrier juste au dessus du village Le Chazelet, sur le versant sud-ouest.
Cette année, comme toutes les années, il accueille son petit-fils, Marmottin, pendant les vacances scolaires. Marmottin a grandi et son grand-père lui a préparé un programme de grandes randonnées et de courses pour débutants.
Ravi de ne pas être obligé de retourner chaque soir au terrier, Marmottin va découvrir le somptueux massif des Ecrins et avoir le plaisir de coucher dans les refuges de haute montagne ou simplement de bivouaquer au grand air.
   
  3 romans

Recueil de contes
pour tous :
Chewing-gum
sans succre ou
café décaféiné

2008



Pièce de théâtre :
La planète
des loisirs

2009

 

Ed. du Fournel - 2007

Ed. du Fournel - 2006

Ed. du Fournel - 2003