Dans le cadre de la semaine marocaine
organisée en partenariat avec la
Bibliothèque Départementale de Haute-Loire




Samedi 19 novembre 2011
à la médiathèque de Rosières

Concert traditionnel
gnawa





Vendredi 25 novembre 2011
à la médiathèque de saint Vincent

De retour du Djebel Saghro :
Récit d’aventure
Portrait
d'Amine Taoufiqc
  Voir le diaporama
commun des 2 soirées

Les Gnawas sont des descendants d’esclaves d’Afrique noire, qui, arrivés au Maroc, se sont métissés avec la population.
Aujourd’hui réunis en confrérie, ils pratiquent encore des rites religieux dans lesquels la musique et le chant ont un rôle majeur et peuvent conduire jusqu’à la transe.
Au Maroc ces cérémonies s’appellent des Lilas : on y joue toute la nuit du gambri, une sorte de luth, des crotales métalliques, et d’un tambour, nommé ganga que l’on frappe avec des baguettes.
Le groupe Gnawa-Mi
a joué, chanté, dansé,
nous invitant à partager un
moment musical et festif
dans la tradition des Lilas.
Djebel Saghro,
une aventure humaine,
une histoire d'amitié racontée
par une équipe de copains.
  Médiathèque de Saint-Vincent
Vendredi 25 novembre 2011 à 20h30

Plus de 100 personnes s'étaient déplacées, curieuses d'entendre le récit de ce trek hors du commun. Nous n'avions pas fait les choses à moitié, convaincues que cette soirée réunirait des sympathisants de la bibliothèque.
Il fallait créer une ambiance ; nous avons déménagé nos maisons, fait appel à nos lecteurs fidèles, toujours prêts à proposer leur aide. Ainsi nous avons transformé la grande salle de la bibliothèque en salon marocain, débordant de tapis, de sofas, de coussins, de lampes, de plateaux en cuivre et de théières en argent. Une fois le décor planté, il ne restait plus qu'à attendre les « fous » du désert, ils sont arrivés assez tôt pour monter la Joëlette et partager un petit buffet avec nous, puis les musiciens nous ont rejoints, attirés par les grappes de tomates et le plateau de fromages et peu à peu la salle s'est remplie.
Sylvie a fait son entrée par la petite porte, la salle était pleine comme un œuf. Le public a d'abord assisté à la projection d'un petit film amateur, tourné par le fils d'un membre de l'équipe. Ces images sans prétention nous ont montré à quel point le défi à relever était difficile, grimper dans la rocaille, tirer, pousser la joëlette, monter le campement le soir et s'en aller le lendemain sans être certain de tenir le coup. L'équipe était accompagnée de deux guides marocains pour qui la montagne n'a plus aucun secret et d'un nombre suffisant de mules, capables de porter le paquetage et le fauteuil roulant de Sylvie.
Le départ a eu lieu le 22 avril 2011, à cette période de l'année les conditions climatiques rendent la traversée du Djebel Saghro possible.
 
A l'issue de la projection, place fut faite à la musique grâce à Amine et Maxime. L'un au gambri, l'autre aux percussions, ils ont donné à ceux qui n'avait pas eu la chance d'écouter le concert de musique Gnawa à Rosières, un peu des couleurs musicales du Maroc. La voix d'Amine a jailli profonde et chaleureuse.
Après cet entracte musical un échange entre le public et l'équipe de randonneurs a eu lieu, leur aventure suscitant beaucoup d'admiration et d'étonnement, Ils ont évoqué sans détour leurs difficultés, leurs moments de découragement et de complicité, ils ont parlé de leurs rêves, de leurs projets, l'envie de s'attaquer au Kilimandjaro sur le continent africain et le plaisir qu'ils ont eu à accompagner quelques jeunes détenus de la maison d'arrêt du Puy sur le Mézenc.
La soirée s'est poursuivie dans une ambiance enjouée, il était difficile de se frayer un passage jusqu'au buffet qui regorgeait de pâtisseries, de dattes, d'abricots secs, d 'amandes et de douceurs d'Orient, le thé à la menthe a coulé, brulant et sucré comme il se doit, certains visiteurs sont restés longtemps, confortablement installés dans la pénombre de la salle. Nous aurions volontiers gardé la bibliothèque dans son habit marocain mais toute chose a une fin.
Babeth Cultien