Le réseau des bibliothèques de l’Emblavez a invité

Valérie Dayre
auteure de littérature jeunesse

Jeudi 20 Octobre 2011 à 20h30
à la médiathèque de Saint Vincent

Valérie Dayre est née en 1958 et vit dans le Berry. Elle est l'auteur d'une quinzaine de livres pour enfants et adolescents et consacre presque tout son temps à l'écriture. Elle est également traductrice et auteur de quelques ouvrages pour adultes.

Ses textes, jamais mièvres, parlent souvent de cruauté, de vérité et de mensonge, de mort. Ce sont des constructions savamment organisées qui ressemblent parfois à des jeux de pistes. Elle possède un incontestable talent d'écriture maîtrisée.

Les livres de Valérie Dayre sont disponibles dans les bibliothèques et médiathèques de l’Emblavez. Pour les connaître et les localiser, vous pouvez consulter notre catalogue en ligne.

Cette rencontre était organisée en partenariat avec la Librairie du Chat Perché,


Le jeudi 20 après-midi, à l'invitation de la médiathèque de Saint-Vincent,

Valérie Dayre a rencontré les élèves des écoles de la commune

Les enfants des deux écoles étaient réunis pour écouter Valérie Dayre et l'interroger sur son travail d'écrivain. Depuis plusieurs semaines les livres circulaient avec frénésie et tous les élèves avaient lu les célèbres Gaspard, Sa dernière blague, Retour en Afrique... Les plus grands avaient découvert Sale gamine ou C'est la vie, Lili !

Ils ont posé leurs questions, parfois avec un peu de timidité et ils ont écouté attentivement les réponses de l'auteure. Ils ont interrogé Valérie sur le choix de ses personnages, sur ses inspirations, ils ont parlé de Miranda, de Gaspard et de Ganinnouchka.

A l'issu d'un long débat ils ont proposé à Valérie une série des Valérie (sous forme de panneau – Lundi Valérie ) et une jolie girafe, clin d'œil à Retour en Afrique.
Le soir, quelques adolescents sont revenus faire dédicacer leurs livres par Valèrie Dayre.

Avant la soirée, avec les adultes, repas pris en commun et dans la bonne humeur, chacun(e) ayant apporté salade, cakes salés (ci-dessous celui d'Anne-Laure), boissons, etc.


Rencontre avec le public adulte
à partir de 20h30 avec une dédicace et la présence de la librairie Le Chat Perché

Elle a toujours le mot juste Valérie Dayre pour parler de ses livres, de l'écriture, de l'enfance, de son rapports avec ses éditeurs. Elle ne tourne pas autour du pot, dit les choses avec élégance et précision, appelle un chat un chat et sait tenir son auditoire en haleine.
Jeudi soir une trentaine de personnes étaient venue l'écouter parler de son parcours d'auteure.
Elle est entrée en littérature par la petite porte en écrivant sur commande des romans sentimentaux. Exercice formateur car le si genre est souvent décrié, il obéit cependant à des règles bien précises et dispose d'ingrédients savamment dosés : une héroïne piquante, une intrigue sensuelle, quelques scènes érotiques...
Plus tard grâce à sa sœur elle s'est lancée dans la traduction et aujourd'hui son œuvre compte une quarantaine de livres traduits de l'anglais.
C'est avec Miranda s'en va édité chez Milan que Valérie s'est adressée aux jeunes pour la première fois. Ce livre qui mûrissait depuis longtemps a bouleversé les lecteurs, c'est un roman où la poésie amplifie encore les émotions ressenties.
Beaucoup de livres ont suivi ce premier coup de maître, des romans pour les plus jeunes avec par exemple la série des Gaspard et d'autres pour les plus grands qui parlent de la vulnérabilité des adultes ou de leur faiblesse, de l'incommunicabilité entre enfants et adultes, de l'ambiguïté des sentiments, du mensonge, de la mort...

La construction des récits de Valérie est complexe, ceux-ci ne sont jamais linéaires, l'imaginaire fait parfois irruption là où la réalité semblait de mise, par exemple C'est la vie Lili ! la fin de l'histoire n'est pas toujours une fin définitive et l'auteure interpelle le lecteur - Retour en Afrique - le lecteur se retrouve à suivre le récit comme une enquête - Je veux voir Marcos  - avec dans ce livre là, une critique de la télé réalité, le rythme est soutenu et on a l'impression d'être un peu l'œil de la caméra, un sentiment qui met mal à l'aise. Dans Le jour où on a mangé l'écrivain les protagonistes de l'histoire prennent la parole tour à tour et le sujet au départ très sérieux glisse peu à peu vers le grotesque et l'absurde sans aucune empathie pour le pauvre écrivain.
Dans tous ses romans Valérie Dayre joue avec la langue, son style est fluide adapté à l'âge du lecteur. Certains livres sont très poétiques, certains sont parfois lyriques, incisifs ou humoristiques, d'autres rédigés dans le style direct d'un journal intime - Ce cahier est pour toi ! Chaque roman permet à l'enfant d'explorer un style différent, de goûter à des mots parfois oubliés ou savants.
Valérie a publié trois albums dont L'ogresse en pleurs illustré par un géant de l'illustration Wolf Erlbruch, Enchaîné mis en image par Sara et un roman audacieux Tous les hommes qui sont ici... une comédie grinçante sur les préjugés ordinaires, édité à l'Atelier du poisson soluble.
La soirée s'est prolongée autour d'un verre et d'un gâteau.
Beaucoup de livres ont été dédicacés ce qui augure de belles lectures.
Babeth Cultien